Pourquoi labelliser Toulon Métropole French Tech

Parce que , plus qu'ailleurs le label aura un  effet de levier important , la masse critique est un critère objectif, mais ne doit pas être le seul,  les meilleures idées naissent dans des écosystèmes accueillants et motivants, pas forcement dans les plus gros .

Parce que  le gisement de  1 200 étudiants dans le secteur du numérique concentré dans le cœur de notre ville , irrigués d'outils adaptés, et entourés d'entrepreneurs motivés est une richesse nécessaire et suffisante à la naissance et à la croissance de start-up.

Parce que  si la masse critique était le critère de choix dominant,  Facebook, Twitter ou What's app auraient été créés par IBM, ou Microsoft .

Parce que  le vrai écosystème que représenterait la French Tech est national, et  nous voulons en faire partie pour le développement global de la compétitivité française, et pour que le dynamisme de notre territoire soit encouragé et boosté .

Parce que  labelliser une ville moyenne  donnerait le signal que la French Tech doit concerner tout le monde  et que tous les territoires peuvent et doivent adapter leur économie aux défis du numérique.

Parce que  notre réseau rassemble  des start-up, comme des entreprises industrielles .

Parce que  nous mettons  la nécessité de "numériser" l'économie traditionnelle au cœur de notre projet de territoire .

Parce que  l'ensemble du  centre-ville est connecté  à notre projet grâce à un chapelet de Fablab, cantines, incubateurs, accélérateurs, résidences d'entreprises et d'artistes numériques.

Parce que , plus que des grandes métropoles françaises concurrentes  nous pratiquons le travail en réseau , TVT Innovation abrite,  le pôle Mer Méditerranée , le siège de RETIS réseau national, fondateur de France Innovation. Nous avons, grâce à maints programmes européens tissés un réseau de partenariat, de soft landing,  dans le monde entier ouvert à toutes nos start-up .

Parce que  labelliser Toulon  est plus profitable et plus innovant... un peu comme investir dans une start-up, non  ?


Signature du manifeste